Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement auto-financé par la publicité, mais ses revenus sont en forte baisse. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'évenement. Bon courage à tous !

Y a-t-il un risque de canicule en France pour l'été 2020 ?

jeudi 21 mai 2020

Alors que nous vivons déjà des chaleurs pleinement estivales en ce mois de mai, faut-il craindre un (ou plusieurs) épisode(s) de canicule pour l'été à venir ? On vous apporte quelques éléments de réponse.

 

Qu'est-ce qu'une canicule ?

 

Avant d'évoquer le risque de canicule pour l'été 2020, il est important de rappeler qu'une canicule est définie par des critères de températures bien précis. Le phénomène peut être observé à partir de la mi-juin.

 

Seuils de canicule par départements - via Météo France

 

Pour parler de canicule en France, il faut que des seuils définis de températures soient atteints durant 3 jours et 3 nuits consécutifs. Ces seuils - définis par Météo France et les autorités sanitaires - varient selon les régions en fonction de leur sensibilité à la chaleur, qui diffère selon leur climat. C'est pourquoi il existe des différences notables selon les départements, pouvant aller jusqu'à 7°C d'écart pour les seuils nocturnes et 5°C d'écart pour les seuils diurnes.

 

À titre d'exemple : dans les Bouches-du-Rhône, la vigilance orange canicule ne sera activée que si les températures nocturnes ne descendent pas sous les 24°C et que les valeurs diurnes dépassent les 35°C les après-midi, et ce pendant 3 jours. En revanche, les seuils sont de 18°C la nuit et 31°C l'après-midi dans les Côtes-d'Armor - là aussi pendant une durée de 3 jours minimum.

 

Paris est considérée comme un cas à part, du fait de son importante population et de l'effet urbain très prononcé qui tend à favoriser l'accumulation de la chaleur et accentuer son caractère pénible. C'est pourquoi le seuil nocturne y est fixé à 21°C (niveau le plus élevé des 2/3 nord de la France) tandis que le seuil diurne n'est que de 31°C.

 

 

Que disent les statistiques ?

 

Avec ce mois de mai 2020 poursuivant la tendance chaude, nous sommes sur une série inédite de 12 mois consécutifs plus chauds que la normale en France ! Cette série record peut-elle encore se prolonger ?

 

Mai 2020 va devenir le 12ème mois consécutif plus chaud que la normale en France - Météo Villes

 

L'anomalie thermique en France était déjà de +1,1°C au 17 mai. Avec le coup de chaud actuel et les perspectives estivales pour la semaine prochaine, cet excédent va s'accroître et il ne fait absolument aucun doute que ce mois de mai 2020 sera plus chaud que la normale dans notre pays.

 

Mai 2020 s'apprête donc à devenir le douzième mois consécutif plus chaud que la normale en France, une série totalement inédite depuis que cet indicateur existe en 1899 ! L'ancienne série record était de 10 mois consécutifs au dessus des normales entre septembre 2006 et juin 2007.

 

Anomalies mensuelles à la normale 1981-2020 en Europe de 1980 à aujourd'hui - via Copernicus

 

Cette série de mois plus chauds que la norme en France est déjà remarquable, du jamais vu en plus de 120 ans de mesures ! La logique statistique voudrait donc qu'elle prenne fin prochainement, d'autant que nous avons enchaîné plusieurs étés chauds et marqués par des canicules. Toutefois, cette logique ne s'applique plus vraiment à une époque où le réchauffement s'affirme et où battre des records de températures élevées est devenu habituel.

 

À échelle de l'Europe, il faut remonter à la fin 2010 pour retrouver un mois plus froid que la normale sur le continent et les anomalies positives sont particulièrement prononcées depuis 2014. Dans ce contexte, on comprend bien que l'alternance des périodes chaudes & froides est enrayée et que les séries chaudes peuvent s'éterniser.

 

 

Modèles saisonniers : un été chaud ?

 

Si les tendances saisonnières envisageaient un été à peu près dans les normes à la fin de l'hiver, la tendance chaude pour la saison estivale à venir s'est depuis accentuée, notamment sur le modèle européen.

 

Anomalies thermiques prévues durant l'été par le modèle américain - NOAA

 

Le modèle saisonnier américain présente un scénario légèrement plus chaud que la normale pour l'été à venir. Juin serait le mois présentant les anomalies les plus prononcées, en dehors du sud de la France. Les mois de juillet et août seraient proches des normales, légèrement plus chauds en allant vers le nord-est. Si ce scénario venait à se réaliser, le risque de canicule serait faible à modéré en France.

 

Anomalies thermiques prévues durant l'été par le modèle européen - Copernicus

 

Le scénario avancé par le modèle européen est plus chaud que l'américain. Il modélise des températures supérieures à la normale sur l'ensemble des régions françaises au cours des trois mois estivaux. Les anomalies seraient proches de +1 à +1,5°C. Si ce scénario venait à se réaliser, le risque d'épisode caniculaire serait plus important dans notre pays.

 

À cette heure, nul ne peut prétendre savoir si une (ou plusieurs) canicule(s) toucheront la France cet été. Les projections présentées ci-dessus sont des moyennes lissées sur le mois, ne permettant pas de faire ressortir un éventuel épisode caniculaire de quelques jours. Par définition, une canicule n'est prévisible qu'à courte échéance. Nous pouvons seulement noter qu'avec un été prévu plus chaud que la normale, le risque de connaître un épisode caniculaire est bel et bien présent, à l'image des années précédentes.