Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

+ La chaleur domine en cette fin d’après-midi. A 16h, il est possible de relever entre +30 et +32°C en général en plaine, +28 à +30°C dans les vallées des Monts et il faut monter au delà de 1000m d’altitude pour passer sous le seuil de chaleur (+25°C).

+ Cette chaleur persistera jusqu‘à tard dans la soirée en ville et plus particulièrement à Lyon centre, nous ne repasserons sous les +20°C qu’en fin de nuit prochaine.

dimanche 15 à 17:01

Station météo -
Températures Lyon
Pollution : 5/10 (MOYEN)
Vent : -

Pression :
Twitter

Chaud et ensoleillé : le bilan cartographié de Juin 2019

Retour à la liste

Article publié le 06/07/2019

Après Paris et la région Ile-de-France (>>), nous vous proposons désormais un bilan détaillé et cartographié du mois de juin 2019 à l'échelle nationale.

 

TEMPERATURE :

Les premières véritables fortes chaleurs de l'année observées en tout début de mois ont rapidement laissé la place à une période très maussade et fraiche. Entre le 5 et le 16 juin, les températures ont été sous les moyennes : l'après-midi du 11 juin a été la plus fraiche observée en période estivale depuis près de 9 ans. Des records de fraicheur ont été battus en matinée du 12, et la neige avait même fini par faire son retour en montagne (>>).

Entre temps, deux coups de Sirocco ont eu lieu sur la façade occidentale de la Corse les 10 juin (>>) et 14 juin (>>) avec plus de 40°C à Ajaccio. 

Des premiers soubresauts très estivaux qui confirment l'inversement de la tendance à partir du 22 juin, avec l'installation définitive de l'été. Une fin de mois marquée par une canicule précoce d'intensité exceptionnelle (>>) : plus de 60% des stations principales du réseau de Météo-France ont battu leur record mensuel de chaleur au cours de la dernière décade, et un nouveau record national de chaleur a été établi le vendredi 28 (45.9°C dans le Gard, à Gallargues-le-Montueux) (>>).

Graphique Météo-France

 

A l'échelle nationale, et avec une température moyenne de 20.1°C, juin 2019 se situe au 5e rang des mois de juin les plus chaud depuis le début du XXe siècle (anomalie positive de +1.8°C par rapport à la normale 1981-2010). Un mois s'avérant donc particulièrement doux, mais encore très loin de l'historique mois de juin 2003 (anomalie de +4.1°C), et également derrière juin 2017 (+2.8°C), juin 1976 (+2.2°C) et juin 2005 (+2.1°C).

Si sur notre échantillon aucune station n'est en dessous des moyennes, nous pouvons toutefois noter un certain dégradé Ouest/Est. En effet, si l'anomalie se montre plutôt limitée aux abords des Pyrénées et sur toute la façade Atlantique (+0.2°C à Lorient, +0.5°C à Biarritz et Bergerac), la chaleur a été remarquable sur la moitié Est avec parfois plus de 3°C au dessus des moyennes habituelles dans les Alpes (+3.4°C à Bourg-Saint-Maurice, +3.5°C à Embrun) mais aussi dans la région Grand-Est (+3.1°C à Strasbourg, Nancy, Saint-Dizier). 

 

 

PLUVIOMETRIE :

Malgré les multiples gouttes froides (>>), violents orages (>>) voire même la tempête Miguel très atypique pour la saison (>>) ayant apporté des pluies parfois abondantes, le bilan pluviométrique mensuel à l'échelle nationale est quasiment à l'équilibre, avec un mois de juin peu ou prou dans les normes (déficit de -3% sur notre panel de stations).

Ceci s'explique par des contrastes très importants en fonction des régions, et par un temps relativement sec lors de la canicule de la dernière décade. Nous pouvons noter un déficit depuis l'Occitanie jusqu'aux frontières du Nord-Est (-20 à -50% selon les villes), et des pluies quasi-inexistantes en Provence, Côte d'Azur et Corse (déficit entre 95% et 100% sur Nice, Hyères, Ajaccio ou encore Bastia).

A l'inverse, les pluies ont été bien plus abondantes sur l'Ouest de la France, notamment en Nouvelle-Aquitaine, Centre-Val-de-Loire et Bretagne. Localement, les précipitations ont été deux fois plus importantes qu'un mois de juin habituel (écart de +126% à Saint-Brieuc, +103% à Cognac).

 

 

 

ENSOLEILLEMENT :

Au niveau de l'ensoleillement, pas de jaloux si ce n'est près des côtes de la Manche avec un léger déficit (-19% à Saint-Brieuc avec seulement 161h, -17% à Rouen, -13% à Brest). Pour le reste, ce mois de juin a été bien plus lumineux qu'habituellement avec un excédent compris entre 10 et 20% en moyenne sur la plupart des régions. Combiné aux fortes chaleurs et à un temps sec, c'est une nouvelle fois la région Grand-Est qui sort comme la grande gagnante avec 30 à 40% de soleil en plus (jusqu'à +41% à Charleville-Mézières avec 275 heures, +38% à Colmar avec 311 heures).

Sur notre panel de stations, le bilan de l'ensoleillement du mois de juin 2019 à l'échelle nationale montre un excédent de +15%.

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google